Château Léoville Barton 2018 - A.O.C Saint-Julien
En ce moment bénéficiez de 5% de remise pour tout achat de vins livrables supérieur à 250€ avec le code: UNITED05
5% supplémentaires de remise pour les vins du millésime 2017 avec le code: UNITED17
Transport DSV offert en France Métropolitaine à partir de 299€ d'achat
 
Mon panier Finaliser la commande
72.10 Sur demande
95.0 sur 100 based on 5 Avis de professionnels

Château Léoville Barton 2018

Cru Classé Rouge de Saint-Julien
Primeur - Livraison courant 2021
Score Global des professionnels Basé sur 5 avis
95.0

Château Léoville Barton 2018

Cru Classé Rouge de Saint-Julien
Primeur - Livraison courant 2021

Notes et commentaires

94-96/100
Score dans le Guide Parker
Robert Parker
95-97/100
Score de Wine Enthusiast
Wine Enthusiast
96-99/100
Score de Wine Spectator
Wine Spectator
95-96/100
Score de James Suckling
James Suckling
95-96/
Score de Bernard Burtschy
Bernard Burtschy

Deep garnet-purple in color, the 2018 Léoville Barton simply sings of crushed black cherries, blackcurrant cordial and wild blueberries with touches of violets, dark chocolate, allspice and cardamom with a waft of stewed tea. Full-bodied, rich and decadently fruited in the mouth, the generous fruit has a solid structure of firm, ripe, grainy tannins and oodles of freshness, finishing long and layered.
94-96
points sur 100
This wine is well integrated in fine tannins and beautiful black fruits that show great promise for aging. It has a timeless, classic character that has all the freshness of the vintage, as well as the elegant personality of the fine terroir.
95-97
points sur 100
A stunner, showing a great degree of purity, with long flavors of cassis, plum and blackberry preserves, seamlessly integrated with the graphite structure. A very vivid, defined, precise wine. Cabernet Sauvignon and Merlot. Drink now.
96-99
points sur 100
This is very structured and powerful with lots of blueberry and blackcurrant character. Full-bodied and muscular with so much intensity and density. Extremely muscular. Yet, it’s agile.
95-96
points sur 100
Robe grenat sombre. Nez très intense, très épicé. Le vin est dense avec un beau milieu de bouche plein, belles notes épicées, tannique en finale avec des tannins très fins. Belle réussite très supérieure cette année à Langoa. Il est élaboré avec 82 % cabernet-sauvignon et 18 % merlot et il titre 14° (13° en 2017).
95-96
points sur 100

Présentation

Après des études en Angleterre, Lilian Barton (9ème génération) a tout d'abord débuté sa vie professionnelle dans une banque à Bordeaux, puis est partie travailler pendant 2 ans à Hong-Kong dans une compagnie de navigation, Les Chargeurs Réunis. En 1978, alors âgée de 22 ans, Lilian rejoint son père dans l'affaire de négoce et passe le Diplôme Universitaire d'Aptitude à la Dégustation des vins, à l'Université de Bordeaux.Pendant plus de 30 ans, ils se sont répartis les responsabilités entre l'activité de négoce "Les Vins Fins Anthony Barton", où l'a rejointe son mari, Michel Sartorius, et les vignobles de Saint Julien. Dorénavant, Lilian Barton Sartorius a pris le relais de son père à la direction des châteaux et de l'affaire de négoce familiale. Elle a été rejointe par ses deux enfants, Mélanie et Damien.Mélanie Barton Sartorius, 1ère oenologue de la famille, s'établit en 2013 au Chateau Mauvesin Barton à Moulis (Médoc), acquis en 2011 par la famille, et en prend la direction technique.Damien Barton Sartorius, diplômé en Commerce et Affaires Internationales en 2016, partage son temps entre les propriétés familiales et d'autres projets vinicoles.


Le Château

Le château fut construit en 1758 par Monsieur de Pontet avec la particularité de posséder sous les appartements privés, des chais de vieillissement sous forme de crypte voûtée où tout est silence et sérénité. Paisiblement, lentement, les meilleurs millésimes du vin de Léoville Barton se font perfection.Après la période de la Révolution Française, bénéficiant de l'abolition du droit d'aubaine en France, Hugh Barton, négociant irlandais en vins de Bordeaux, assouvira son rêve de devenir propriétaire terrien en achetant des vignes dans le Médoc. En effet en 1821, Pierre-Bernard de Pontet cède la propriété « Langoa » à Hugh Barton, qui la renomme « Château Langoa Barton ». Bien avant le célèbre classement des crus classés de 1855, ce furent l'architecture, l'élégante façade et l'harmonie des proportions du bâtiment qui séduisirent Hugh.Puis 4 ans plus tard, en 1826, Hugh se porte acquéreur d'un quart de l'ancien domaine de Léoville, propriété dont l'éclatement est dû tout autant à la Révolution Française qu'à une succession complexe. En achetant ce qui deviendra Léoville Barton, Hugh acquiert uniquement des vignes, mais il n'avait pas l'utilité d'installations viticoles, possédant déjà celles de Langoa.


Un terroir d'exception

Le sens du mot terroir va bien au-delà de sa définition première, qui est le sol. Les notions de climat, de topologie et de géologie se doivent d'y être associées.
Le terroir de Léoville Barton est situé sur une des plus belles croupes de graves garonnaises, face à la Gironde, au coeur de l'appellation de Saint Julien, dans le Médoc à 40 kms au Nord de Bordeaux. Les différentes hauteurs de graves laissées par le fleuve caractérisent le terroir de Léoville Barton, qui associé à l'Histoire et aux hommes qui le façonne, fait naitre un des plus grands vins rouges du Monde. Le sous-sol argilo-graveleux permet de réguler à merveille les aléas climatiques de l'année.
Le Classement de 1855
Lors du classement de 1855, Léoville Barton - distingué 2e Grand Cru Classé Saint-Julien - était déjà la propriété de la famille Barton. Ils partagent à ce jour, avec seulement Mouton-Rothschild, le privilège d'une aussi longue continuité familiale.
Etabli en vue d'une présentation des vins de Bordeaux, dans le cadre de l'Exposition Universelle de Paris, à la demande de l'Empereur Napoléon III. La rédaction du classement fût confiée par la Chambre de Commerce de Bordeaux au "Syndicat des Courtiers", car c'était eux qui avaient la vue la plus complète sur le commerce du vin. La mission était d'officialiser une classification basée sur l'expérience de longues années et qui correspondait à la reconnaissance de la qualité du Terroir et à la notoriété de chaque cru.
Publié le 18 avril 1855, le Classement fut donc le point d'aboutissement d'une réalité de marché et d'une évolution existante depuis plus d'un siècle. Près de 160 ans plus tard, le "Classement de 1855" fait encore autorité dans le monde des passionnés de vin.


L'encépagement

Les 50 hectares du Château Léoville Barton, plantés dans un sol de graves sur un sous-sol composé d'argile, incluent une forte proportion de vieilles vignes de manière à obtenir la meilleure qualité possible. La répartition des cépages est de 74% de Cabernet Sauvignon, 23% de Merlot et 3% de Cabernet Franc. Ce sont les cépages traditionnels du Médoc.


Le travail de la vigne

La conduite de la vigne s'effectue au travers de nombreuses étapes manuelles s'étalant tout au long de l'année - par tous les temps. La taille de la vigne en hiver est un travail de précision qui nécessite expérience, connaissances et agilité. Puis après avoir attachée la vigne à l'aide de vime (osier), vient le printemps et sa fougue, il faut alors relever les fils pour que les jeunes pousses soient soutenues et structurées.L'âge moyen du vignoble est de 40 ans et la parcelle la plus ancienne date de 1953. La complantation (remplacement des pieds de vigne manquants ou déficients) est effectuée chaque année de manière de maintenir la densité élevée de 9100 pieds à l'hectare.L'environnement et la protection des vignes est un sujet majeur au Chateau Léoville Barton. Depuis 2012, plus de 12% de la surface de la propriété est conduite en bio, sans utilisation de produits de synthèse. Cette surface s'accroît chaque année.Les bonnes pratiques environnementales sont nombreuses. Le Château Léoville Barton a fait le choix d'une viticulture raisonnée, avec la limitation des intrants au minimum, le labour intégral du vignoble, les fumures organiques (d'origines naturelles et végétales), aucun rejet phytosanitaire, le tri des déchets, l'utilisation d'agrafes biodégradables, etc...Les vendanges sont toujours exclusivement réalisées à la main afin de préserver la qualité des grappes et pouvoir effectuer un premier tri. Ce sont près de 120 personnes qui chaque année, accompagnent la propriété dans cette période cruciale pour le millésime.


Dans les chais

Durant les vendanges au Château Léoville Barton, les grappes sont amenées au cuvier pour être éraflées, puis les baies sont déposées sur la table de tri optique et enfin déversées dans les cuves bois thermo-régulées. Cet ensemble imposant de cuves illustre l'approche traditionnelle de l'élevage des vins qui prévaut au Château Léoville Barton.

Généralement la fermentation dure quelques jours pendant lesquels le jus est remonté en haut de la cuve deux fois par jour pour arroser le chapeau de marc. Le jus se chargeant ainsi en tannins, arômes et couleur. Lorsque que la macération est terminée, vient le moment de l'écoulage, où le vin est mis en barrique de chêne français et y restera en "élevage" pendant 18 mois. 60% des barriques utilisées sont neuves et proviennent de différents tonneliers.

Pendant l'élevage du vin, plusieurs opérations sont réalisées sur cette période de 18 mois dont la première est l'ouillage. Il s'agit de maintenir les fûts toujours pleins afin d'éviter au vin d'être en contact avec l'air.
Puis vient le soutirage, qui est pratiqué tous les trois mois dont la méthode à l'esquive (avec une bougie) est la même depuis des générations. Le but est la séparation du vin clair du dépôt (les lies) qui se forme par gravité au fond des fûts.
L'ultime intervention traditionnelle est celle dite du collage au blanc d'oeuf frais dont le nombre varie entre trois et six par barrique, en fonction des essais effectués par l'oenologue. Réalisée après 14 mois d'élevage, cette manoeuvre nécessite de séparer le blanc du jaune à la main afin que les protéines du blanc d'oeuf attirent les particules en suspension et clarifie ainsi le vin. Après 45 jours, on procède à un nouveau soutirage, appelé cette fois-ci la « sortie de colle ».

En janvier généralement, l'alchimie de l'assemblage va s'accomplir. C'est à ce moment qu'est décidé au coeur de la salle de dégustation du Château Léoville Barton le profil gustatif du millésime. La famille Barton, le directeur technique et l'oenologue conseil, Eric Boissenot, goutent les lots des différents cépages et mettent en musique le grand vin, avec les notes des meilleures parcelles.

La mise en bouteille est réalisée au mois de juin, à la propriété de Saint Julien, dans ses propres installations.



Fiche technique

  • Le producteur
    Château Léoville-Barton
  • Type de vin
    2eme Cru Classé
  • Appellation
    Saint-Julien
  • Superficie
    44 hectares
  • Âge des vignes
    38 ans
  • Vendanges
    100% manuelles
  • Barriques
    60% de bois neuf
  • Quand le déguster?
    Boire entre 2027 et 2048
  • Apogée du vin
    2037
  • Comment est il maintenant?
    Encore jeune on doit le garder en cave
  • Température de service
    16.5-18°

Le vignoble

Ce vin Rouge (Cru Classé) d'appellation Saint-Julien est réalisé sur un vignoble d'une superficie de 44 hectares par Château Léoville-Barton. L'âge moyen des pieds de vigne est de 38 ans. Les vendanges pour ce vin sont 100% manuelles.

Dans les chais

Ce vin a été élevé 18 mois en Fût de chêne. Pour cette cuvée le domaine a fait le choix d'incorporer 60% de bois neuf.


Saint-Julien

L'A.O.C Saint-Julien (968 hectares) a été officialisé en 1936. Située entre Pauillac et Margaux aussi bien géographiquement que dans le style, c'est l'une des plus petites appellation du Médoc mais la plus homogène en qualité. 18 producteurs en activité dont 11 Crus Classés.

L'appellation s'étend sur 4.8 kilomètres de long sur 3.2 kilomètres de large et offre des vins dont les tanins possèdent une finesse inégalable. Ce qui caractérise Saint-Julien c'est le terroir et le micro-climat. Le terroir est un mélange subtil entre les apports des alluvions caillouteuses de la Garonne et ceux de la Dordogne. Les apports donc des Pyrénées et du Massif central. Il faut savoir que cette agglomération de roches lentement brisées puis étalées au fil des millénaires est un cas exceptionnel.